L’Open Source, une autre voie


Pour obtenir le qualificatif Open Source, un logiciel doit être publié avec une licence respectant les critères définis par l’Open Source Initiave, ceux-ci comprennent notamment :Commeo, an Open Source Distributor

  • la liberté d’exécuter le logiciel,
  • la liberté d’étudier le fonctionnement du logiciel et de l’adapter à ses besoins,
  • la liberté de redistribuer des copies du logiciel,
  • la liberté d’améliorer le logiciel et de publier ces améliorations.

L’Open Source, c’est aussi et surtout un modèle de développement basé sur la collaboration : des développeurs situés aux 4 coins du monde vont partager le même projet ; ensemble ils vont imaginer, créer et améliorer leur logiciel.
Les avantages de ce modèle en terme d’innovations techniques, de réduction des coûts et d’indépendance vis à vis d’un éditeur à vocation commerciale sont aujourd’hui reconnus par le marché.

L’Open Source est au cœur de la transformation numérique actuelle des entreprises : environnements serveurs, bases de données, big data, cloud computing, applicatifs, …

Selon une étude réalisée par le cabinet PAC, le chiffre d’affaires généré par le ‘Libre’ en France aurait atteint en 2015 les 4,1 milliards d’euros (+33% par rapport à 2012) et pourrait représenter 6 milliards d’euros en 2020 soit environ 13% du marché hexagonal des logiciels et services (vs 5% en 2012).
Commeo Open Source marché en croissance

La réduction des coûts est un avantage prépondérant des logiciels Open Source face aux logiciels dit ‘propriétaires’.
Tous les produits Open Source au catalogue Commeo disposent d’une version gratuite dite ‘Communautaire’ et d’une version payante dite ‘Enterprise’ ; celle-ci est disponible via un abonnement appelé ‘Souscription‘.
L’accès à un logiciel Open Source en mode ‘Souscription’ est bien plus économique que celui d’un logiciel ‘propriétaire’ en mode ‘Licence’.
Si l’on prend en compte les coûts de maintenance associés à une licence cet avantage économique perdure dans le temps ; d’autant que certains contrats de maintenance ne comprennent pas l’accès aux mises à jour majeures d’un logiciel ‘propriétaire’.

Autre argument de taille en faveur du modèle ‘Souscription’ réside dans le type de budget mis en oeuvre ; l’achat d’une souscription intégrera les charges d’exploitation (ou OPEX pour Operational Expenditure).
Alors que les dépenses d’investissement (ou CAPEX pour Capital Expenditure) doivent être amorties sur plusieurs années, les charges d’exploitation sont immédiatement déduites du résultat d’une entreprise.